Notre café suspendu a retenu l’attention du Parisien. Pour savoir de quoi on parle, retrouvez les quelques lignes explicatives qui lui sont dédiés.

« À la cantine associative de La Cour Cyclette, à Alfortville, pas de pourboire qui tiennent. À la place, dans ce lieu qui vante ‘’le juste prix des aliments’’, une tirelire ‘’suspendue’’ a été installée. Ce que les consommateurs auraient laissé pour le service (qui est notamment assuré par des bénévoles) , est mis dans ce pot commun.

‘’Il nous sert ensuite à offrir des cafés, boissons chaudes ou plats à des gens qui n’ont pas les moyens’’, se réjouissent Noëlla, coordinatrice du lieu et Myriam, secrétaire de l’association.

Ouverte il y a un an, la cantine associative a ainsi ‘’offert’’ 10 à 15 € de cafés et autres plats par semaine grâce à ce système. ‘’On explique chaque fois le principe du suspendu, qui n’est pas assez connu, regrettent les deux femmes. Ce principe est vraiment parfait en termes de solidarité. Par exemple si huit personnes laissent un euro, ça représente un plat pour une neuvième personne.’’

La Cour Cyclette propose aussi très souvent des soirées avec prix libre. »